Martine Thomas-Bourgneuf
8, rue de la Py 75020 Paris / 01 43 57 96 19
mtb(at)wanadoo.fr (contact)

 

Paris, mars 2020,

 

Merci de passer sur ce site où je présente mes activités professionnelles.

Le métier que j'exerce a une dénomination qui varie d'un pays à l'autre, d'une époque à l'autre, voire d'une institution culturelle à l'autre : on dit parfois muséologue, parfois muséographe*.
Dans tous les cas, la muséographie, ou la muséologie, a à voir avec la scénarisation des parcours des expositions, la définition de leurs contenus - ce que, dans le jargon, on appelle la programmation.
Programmer une exposition consiste d’abord à définir la manière de traiter un sujet, son approche éditoriale : le champ historique et géographique, les thématiques, les focales ou les angles de vue (ou les prismes), le séquençage et la structure du discours, et, s’il y en a, la distribution des collections - en prenant en compte le lieu, les publics visés, les possibilités financières.La différence avec un livre ou un documentaire, tient dans le fait que, pour une exposition, on y ajoute le traitement muséographique, c’est-à-dire les modes de matérialisation du propos.
Un discours est pensé pour se transformer en un parcours.
Il existe en effet de multiples moyens d’expression et de multiples supports de médiation - œuvres d'art, objets de collection, textes, images et iconographies, audiovisuels, jeux, manipes, interactifs, dispositifs, sons, matières, maquettes, photographies, multimédias, fac similé…. La définition et le choix de ces supports de médiation sont le cœur même du travail muséographique, qui est de surcroît plus que tridimensionnel, puisque la composante du temps y est intégrée : le temps de la déambulation des visiteurs.
On cherche à mettre en en valeur un thème, un lieu, une collection, à les faire comprendre et aimer. Pou cela, il y a à inventer les modalités d’une rencontre entre sujet/thème/lieu/collections et les futurs publics.

L’objectif est de créer une articulation entre le sensible et l’intelligible.  
Et cette création des parcours se fait, se co-produit avec les scénographes, les graphistes qui expriment programmes et scénarios muséographiques. Une exposition est une œuvre de création collective.
Les expositions temporaires ou permanentes auxquelles j'ai participé se trouvent à la rubrique références. La façon dont je travaille est expliquée dans le chapitre métier.

 Je décris ici les grandes étapes du processus de création d'une exposition, avec des exemples de programme que j'ai élaborés.

Mon parcours professionnel est succinctment donné dans ce chapitre.

 mtb
* ce qui est certain, c’est que je ne suis pas scénographe !